#25 France 3-3 Suisse : désorganisation fatale

Écrit par F.Toniutti, le 1 juillet 2021 à 13:24.

#25 France 3-3 Suisse : désorganisation fatale

Après des alertes plus ou moins sérieuses en 2016 puis 2018 (face à l’Irlande et l’Argentine), l’équipe de France est finalement tombée au stade des huitièmes de finale de l’Euro 2020. Mais que s’est-il passé ?

À première vue, l’histoire de ce match pourrait être celle d’un plan qui n’a pas fonctionné : le fameux 3-5-2… ou plutôt 5-3-2 qui s’est révélé dès le début de la rencontre. 

Car l’entame a montré une France très prudente face au 3-4-1-2 suisse, reconduit après sa victoire face à la Turquie. Côte à côte, Benzema et Mbappé formaient le premier rideau défensif face à l’arrière-garde adverse (Elvedi, Akanji, Rodriguez). Lorsque le ballon était dans l’axe, Pogba et Griezmann s'orientaient vers Xhaka et Freuler, encadrant Kanté qui protégeait l’axe et devait réagir en cas de décrochage dans sa zone (Embolo, Shaqiri). 

Toujours pas de pressing 

Une petite minute a suffit pour déceler le plan de jeu des Bleus : fermer l'intérieur, orienter la Suisse vers les côtés et l’y enfermer grâce aux déplacements des milieux de terrain. Et cela n'a d’ailleurs pas trop mal démarré puisqu’un ballon dévié par Kanté côté droit s'est transformé en transition pour Mbappé sur son aile gauche. 

La France oriente la Suisse vers son côté droit. 
Les joueurs réduisent les espaces autour du porteur : Kanté dévie la passe de Zuber.
Le ballon est récupéré et rapidement envoyé côté opposé où Mbappé prend la profondeur dans le dos d'Elvedi. 

À peine quelques secondes dans la rencontre et le plan A de Didier Deschamps passait déjà de l’ébauche à l’exécution. Problème : il ne s'activait que dans la moitié de terrain française. Au-delà du rond central, les positionnements étaient beaucoup plus hasardeux pour tous les joueurs qui s’y aventuraient. Du premier match de préparation face au Pays de Galles jusqu’à ce huitième de finale fatal, ce fut une constante : la France n’a jamais eu de plan défensif tout terrain. 

Dès lors, la Nati a appliqué ce que toute équipe plutôt à l’aise avec le ballon aurait fait. À partir du moment où un adversaire offre un avantage dans une zone du terrain – ici les 40 mètres suisses –, il suffit d’avoir la qualité technique pour y retourner lorsque la progression est stoppée. 

La suite de la rencontre s'écrivait déjà toute seule : la Suisse tenait le ballon, s'orientait vers un côté ; la France coulissait, réduisait les espaces et stoppait sa progression… alors la Suisse ressortait de la zone pour revenir jusqu’à

Sur desktop et mobile : 3,99 € par mois sans engagement

S'abonner