#15 La Suisse : forte avec le ballon, faible sans

Écrit par B.Charier, le 27 juin 2021 à 08:08.

#15 La Suisse : forte avec le ballon, faible sans

Les huitièmes de finale de l'Euro 2020 offrent un classique à l'équipe de France avec cette confrontation contre la Nati. Mais attention : l'équipe de Petkovic n'a plus rien à voir avec la version imperméable d'Ottmar Hitzfeld.

La France a découvert mercredi soir au coup de sifflet final qu’elle figurerait dans le « bracket » le plus coriace de ces phases finales. Belgique, Espagne, Italie, Croatie, Portugal parsèmeront potentiellement son chemin vers l’espérée finale. Avant ça, il faudra l’emporter face au voisin helvète. Une broutille quand on sait que la Suisse est habituée à rentrer chez elle au premier match éliminatoire et n’a pas gagné contre la France depuis 1992 ? Pas si vite.

Des circuits de relances efficaces

L’énorme temps faible subi contre les Gallois au premier match, puis la gifle reçue par l’Italie ont forcé le sélectionneur Vladimir Petković à quelques ajustements dans son 3-2-5, qui se transforme en 5-3-2 sans ballon (ou 5-2-3). Le changement principal concernait Ricardo Rodriguez, qui est passé de piston à central gauche tandis que Zuber qui a pris sa place dans le couloir gauche. 

Rodriguez peut ainsi partir d’une position plus profonde, progresser balle au pied et casser le premier rideau par la conduite, pendant que Zuber (majoritairement ailier gauche en club) peut bien plus facilement animer son couloir et combiner dans le périmètre.

Les circuits de relance penchent dès lors forcément à gauche, dans une asymétrie assumée vu les profils complémentaires qui y règnent. La Suisse s’est ainsi renforcée sans changer de système, conservant la plupart de ses repères collectifs. Et parce que ce onze comme cette animation seront fort probablement reconduits contre l'équipe de France, on va ici s’employer à disséquer le match contre la Turquie.

Sur desktop et mobile : 3,99 € par mois sans engagement

S'abonner