#18.2 L'échelle du très haut niveau : en défense

Écrit par J.Assunção, le 26 août 2021 à 00:38. Mis à jour le 14 septembre 2021 à 18:03.

#18.2 L'échelle du très haut niveau : en défense

Après avoir abordé l’aspect offensif, penchons-nous sur ce qui est souvent considéré comme le parent pauvre de la data : les statistiques défensives. Entre contextualisation nécessaire et définitions des fournisseurs de données parfois floues, voici quelques clés de compréhension.

Le temps de possession d’une équipe (ou d’un joueur) a un vrai impact sur de nombreuses statistiques offensives et il est désormais monnaie courante d’ajuster certains chiffres afin de prendre en compte ce paramètre (volume de passes ou de courses, ballons touchés). C’est d’autant plus nécessaire quand il s’agit d’actions défensives.

Ajustement à la possession

Autant le fait que son équipe monopolise le ballon ne veut pas dire qu’un joueur va mécaniquement tirer proportionnellement plus (c’est autant une question d’opportunité), autant il lui est impossible de réaliser des actions défensives tant que le cuir n’a pas été rendu à l’adversaire. C'est d'autant plus vrai que ce sont les meilleures formations qui ont tendance à gagner la bataille de la possession et se créent le plus d’occasions.

Cela fait partie des raisons pour lesquelles il est délicat de se contenter du classement des plus gros tacleurs pour repérer les joueurs les plus actifs défensivement. La saison dernière, seuls quatre joueurs du top 20 en nombre d’interceptions jouaient pour des équipes ayant plus de 52% de possession en moyenne : Romero, Palomino (Atalanta), Kanté (Chelsea) et Goretzka (Bayern).

Pour compenser ce phénomène, une solution est d’ajuster la statistique brute selon la possession de son équipe lorsque le joueur est sur le terrain. Voici la formule utilisée, notamment pour les graphiques des articles Ligue des Talents : 2 / (1 + exp(-0,05 x (possession - 50) ) ). Ce qui donne le tableau suivant pour certaines valeurs clés :

Si on prend l’exemple de Milan Badelj, ses 3,33 interceptions P90 avec le Genoa (44,7% de possession) deviennent alors 2,88 P90. À l’inverse, les 2,59 P90 de Leon Goretzka passent à 3,27 P90. Bref, le classement devient tout de suite plus cohérent et

Sur desktop et mobile : 3,99 € par mois sans engagement

S'abonner