#22 L’OL et la révolution culturelle

Écrit par B.Charier, le 21 août 2021 à 19:15. Mis à jour le 25 août 2021 à 14:52.

#22 L’OL et la révolution culturelle

Pour tourner la page de l'ère Rudi Garcia, l'Olympique Lyonnais a décidé d'opérer un virage à 180 degrés en faisant appel à Peter Bosz pour s'installer sur le banc de touche. Connu pour donner sa chance aux jeunes, le technicien néerlandais a-t-il tous les ingrédients nécessaires pour faire sa révolution chez les gones ?

« Je sais que l’OL est un club avec une très bonne Academy et qui donne toujours la chance aux jeunes de jouer. J’aime beaucoup. Les jeunes ont besoin d’expérience et pour cela, il faut jouer. Il faut leur donner beaucoup de confiance, beaucoup parler avec eux. Il faut les aider, c’est important. Ils ont du talent et c’est aux coaches de les faire progresser. Je ne les connaissais pas à mon arrivée. Ce sont de très bons joueurs. Certains ont encore besoin de temps, on va leur donner. »

Tout miser sur la jeunesse, remettre en question (voire purger) les ex dignitaires, tel semblait être l’idée du board lyonnais en remerciant Rudi Garcia pour introniser Peter Bosz comme entraineur de l’OL. Si la comparaison avec le projet de Mao s’arrête fort heureusement ici, tâchons de comprendre quel type de coach est le Néerlandais et comment pourra-t-il ou non implémenter ses idées dans cet effectif.

Des idées de jeu très fortes

Vitesse, Tel Aviv, Ajax, Dortmund, Leverkusen… Partout où il est passé, Bosz est arrivé avec des valises pleines. Pleines de circuits de relances, de variations de pressing, de transitions, de permutations, de contre-efforts. "Les coachs tels que Bosz, désireux de divertir les gens, ne gagnent aucun titre…" disait plein de mépris un José Mourinho vainqueur d’une finale de C3 face au technicien d'Appeldoorn. Aussi avait-il oublié de préciser que l’équipe remplie de stars jusqu’à la gorge portait du rouge, et que le défi de Bosz était avant tout de développer la jeunesse d’une des meilleures académies d’Europe. Résultat : 21,7 ans de moyenne avec des noms qui nous sont aujourd’hui familiers mais qui hier n’étaient que des espoirs (De Ligt, Ziyech, Dolberg, Onana, De Jong, Van de Beek). S'il n'a pas remporté cette

Sur desktop et mobile : 3,99 € par mois sans engagement

S'abonner