#17 Rôle en club / rôle en sélection

Écrit par J.Assunção, le 5 août 2021 à 07:37.

#17 Rôle en club / rôle en sélection

Parmi les événements passionnants d’une compétition internationale, il y a la possibilité de voir des joueurs évoluer dans des contextes parfois très différents de ceux auxquels ils sont confrontés en club. Du simple changement de rôle ou de dispositif tactique, au grand joueur qui sublime une « petite » sélection, florilège des cas d’école de l'Euro 2020.

Les statistiques évoquées dans cet article sont par 90 minutes (sauf spécifié autrement), ajustées à la possession et proviennent de StatsBomb. Sont considérés dans les classements uniquement les joueurs ayant disputé 315 minutes ou plus (3,5 P90).

Changement de poste

Les viviers nationaux ne sont pas égaux devant la loi du football et les sélectionneurs doivent faire avec ce qu’ils ont sous la main. Si le pays manque de bons latéraux depuis un moment,  il est nécessaire trouver une solution et cela passe parfois par le repositionnement d’un élément barré par une concurrence plus fournie à un autre poste (toute ressemblance avec des personnes existantes serait purement fortuite).

La position de latéral a amené ce genre de ballet tactique. Il semblerait bien que, pour citer Jamie Carragher, « personne ne grandit en voulant devenir un Gary Neville ». Le phénomène a plus souvent tendance à arriver dans des petits pays, où le bassin de joueurs est restreint et l’écart de niveau entre eux peut se faire sentir, mais cela peut également se produire dans les rangs des cadors du classement FIFA.

L’exemple tout trouvé est celui de Joshua Kimmich, qui a récupéré avec l’Allemagne un poste de latéral droit qu’il connaissait bien – l’ayant occupé en club jusqu’à la fin de la saison 2018/19 avant de se fixer au milieu de terrain. Mais dans une équipe pouvant aligner Kroos, Goretzka ou Gündogan, rien de plus logique que de le voir devant Klostermann dans la hiérarchie des latéraux droit. 

Étant donné le dispositif tactique allemand en 3-4-3, Kimmich n’a pas été freiné sur le plan créatif et ses statistiques ont finalement été assez proches de ses habitudes. Cela ne se voit évidemment pas sur les actions de pressing ou les passes progressives, puisqu'il est classé assez bas dans la hiérarchie des latéraux de l’Euro, mais plus par ses courses progressives (4e au poste, 15e au total), ses passes vers la surface (1er et 2e) et ses Expected Assists (3e et 11e).

Autre joueur avec un historique très similaire, César Azpilicueta a lui quitté un poste de central dans une défense à trois avec Chelsea pour revenir à ses premiers amours.

Sur desktop et mobile : 3,99 € par mois sans engagement

S'abonner